Pourquoi ce blog ?

Publié le par Patrimoines d'Europe

A une époque où la situation, notamment économique, est particulièrement difficile, trop d’arguments « de nécessité », souvent hasardeux et illégitimes, fondés sur des enjeux présentés comme prioritaires, tendent à reléguer la défense du patrimoine (mobilier et immobilier, matériel et immatériel) au second plan, voire à la contester.

Il nous apparaît donc impératif et urgent que l’Europe, par le biais de ses citoyens, prenne conscience de l’absolue nécessité de se doter de tous les moyens légaux pour préserver cet héritage qu'elle doit maintenir et transmettre à ses enfants...

Extrait de la charte européenne du patrimoine architectural adoptée par le Conseil de l'Europe, octobre 1975 :
Le patrimoine architectural européen est formé non seulement par nos monuments les plus importants mais aussi par les ensembles que constituent nos villes anciennes et nos villages de tradition dans leur environnement naturel ou construit. Il témoigne de la présence de l'histoire et de son importance dans notre vie.
L'incarnation du passé dans le patrimoine architectural constitue un environnement indispensable à l'équilibre et à l'épanouissement de l'homme. C'est une part essentielle de la mémoire des hommes d'aujourd'hui, et faute d'être transmise aux générations futures dans sa richesse authentique et dans sa diversité, l'humanité serait amputée d'une partie de la conscience de sa propre durée.
Le patrimoine architectural est un capital spirituel, culturel, économique et social aux valeurs irremplaçables. La structure des ensembles historiques favorise l'équilibre harmonieux des sociétés. Ces ensembles constituent, en effet, des milieux propres au développement d'un large éventail d'activités. Ils ont, dans le passé, généralement évité la ségrégation des classes sociales. Ils peuvent à nouveau faciliter une bonne répartition des fonctions et la plus large intégration des populations.

Le patrimoine architectural a une valeur éducative déterminante. Ces témoignages ne sont assurés de survivre que si la nécessité de leur protection est comprise par les plus grand nombre et spécialement par les jeunes générations qui en auront demain la responsabilité.

Ce patrimoine est en danger lorsqu'il est menacé par l'ignorance, par la vétusté, par la dégradation sous toutes ses formes, par l'abandon. Un certain urbanisme est destructeur lorsque les autorités sont exagérément sensibles aux pressions économiques et aux exigences de la circulation. La technologie contemporaine, mal appliquée, abîme les structures anciennes. Les restaurations abusives sont néfastes. Enfin et surtout, la spéculation foncière et immobilière tire parti du tout et annihile les meilleurs plans.


" Penser que seule la table rase autorise l’architecture contemporaine est parfaitement stupide. C’est faire peu de cas de la compétence et de l’imagination des praticiens actuels. Croit-on sérieusement que des architectes novateurs comme Jean Nouvel, Dominique Perrault, Herzog & De Meuron, Bernard Tschumi, Yves Lion et bien d’autres encore, ne pourraient s’accommoder du passé ? Seules les opérations immobilières les plus ternes exigent la table rase." (Joseph Abram, historien de l'architecture)


Les premiers signataires
(cliquez sur le nom pour faire le lien avec le site concerné)

La tour de trop
- Tournai (B)

Lous-Donat CASTERMAN, Benjamin BROTCORNE, Ludovic NYS

Docomomo France - Paris (F)

Agnès CAILLIAU

Sauvegarde & Mise en valeur du Paris historique - Paris (F)

Pierre HOUSIEAUX

Association Gare Centrale de Stuttgart - Stuttgart (D)
Ulrich KRINGS, Matthias ROSER

Commenter cet article